MESSAGE
DU   8   JUIN   1941


FRANÇAIS  DU  LEVANT !             

LES pays où vous vivez, et pour la prospérité desquels vous vous dévouez depuis de longues années, sont aujourd'hui l'objet d'une attaque inqualifiable.

             Cette attaque est menée, comme à Dakar, par des Français placés sous le drapeau de la dissidence. Soutenus par les forces impériales britanniques, ils n'hésitent pas à verser le sang de leurs frères qui défendent l'unité de l'Empire et la souveraineté française.

             A la douleur que lui cause cette constatation, la France, fidèle à ses déclarations, peut, en toute certitude, opposer la fierté de n'avoir pas, la première, porté les armes contre son ancienne alliée, pas plus aujourd'hui que naguère à Mers-el-Kébir, à Dakar ou à Sfax.

             La ruse a précédé cette violence.

             Depuis plusieurs jours, en effet, la propagande, qui forgeait le prétexte de l'agression, prétendait que des troupes allemandes débarquaient en grand nombre dans nos ports du Levant, que la France se préparait à livrer à l'Allemagne les territoires dont la défense vous est confiée.

             Vous qui êtes sur place, vous savez que tout cela est faux.

             Vous savez que les quelques avions qui avaient fait escale sur nos territoires ont aujourd'hui quitté la Syrie, à l'exception de trois ou quatre hors d'état de voler.

             Vous savez qu'il n'y a pas un soldat allemand en Syrie, ni au Liban.

             Vous êtes donc l'objet d'une agression profondément injuste devant laquelle notre conscience se révolte. C'est aujourd'hui seulement que la souveraineté française au Levant, est, pour la première fois, menacée. Vous pouvez m'en croire.

             Votre haut Commissaire vous l'a déjà dit, je vous le répète : vous combattez pour une cause juste, celle de l'intégrité des territoires dont l'Histoire, confirmée par le mandat de 1919, a légué la charge à la Patrie. Vous saurez les défendre. Mes voeux et ceux de la France entière vous accompagnent.



 

Texte précédent - Retour page accueil - texte suivant